Tu Savais … Une rencontre avec deux auteures talentueuses et bourrées d’humour c’est un moment précieux et très inspirant !

Dans le cadre de l’exposition « Sciences pour tous, 1850-1900 » proposée par la BnF, la conférence de ce mardi 30 mai était consacrée à la vulgarisation scientifique 2.0. avec comme invitées Marion Montaigne et Florence Porcel.

Avant toute chose, je tiens à dire que cette conférence était bourrée d’humour. Normal, me direz-vous, avec des invitées qui nous prouvent à chacune de leur réalisation (BD, vidéos, livres) leur capacité à voir les sciences avec ce petit grain de folie (ou d’angoisses) et cette tonne de curiosité qui leur donne un ton unique.

presentation

PRESENTATIONS

A la question comment en êtes-vous venue à faire de la vulgarisation scientifique, Marion Montaigne nous raconte comment à l’âge de 8 ans à l’école elle trouvait « la biologie super chouette » et comment elle s’imaginait « remplacer Nicolas HULOT ». Pourtant pas d’études scientifiques pour elle, qui a préféré suivre des études de beaux-arts. Un petit regret tout de même, ne pas s’être sentie assez bonne élève pour faire un cursus scientifique (alors que finalement elle était loin d’être mauvaise !).

Un parcours tout aussi différent pour Florence Porcel. Un cursus Sport/études depuis toute petite (classes primaires), et pas de sciences ou d’histoire enseignées dans ce cursus … Tant pis, elle se rattrape en lisant une tonne de bouquins (pas de télé non plus à portée de main !) et toutes les encyclopédies qu’elle trouve. Avec l’arrivée d’internet, d’autres possibilités s’ouvrent pour acquérir encore plus de connaissances. Quand elle était petite, elle souhaitait être à la fois actrice à Hollywood et astrophysicienne. Après des études littéraires, elle continue avec une école de comédie musicale et poursuit avec des études en journalisme. Ensuite, elle enchaîne émissions TV et radio (France 5 et la Tête au carré sur France Inter). Son conseil : « Y aller au culot, la passion est primordiale ».

Relations vulgarisatrices / scientifiques

Lors de la conférence, les deux auteures reviennent sur la relation de travail avec la communauté scientifique essentielle à leur travail de vulgarisation. Les deux confirment que la jeune génération de chercheuses.eurs est plus ouverte à la vulgarisation et plus sensibilisée aux nouveaux supports tels que les vidéos ou les bandes dessinées.

Marion Montaigne nous raconte comment de rencontres en rencontres, elle tisse les fils de ses prochaines planches. « Venez dans mon labo, voir mon miscroscope à déconvolution », ceci n’est pas une invitation tendancieuse mais bien une invitation à titiller la curiosité de l’auteure.

prof moustache
Extrait blog « Tu mourras moins bête » – Marion Montaigne

 

Chaque occasion est bonne pour trouver l’inspiration d’une prochaine création. Même un rendez-vous chez le dentiste. «Dernièrement, j’ai demandé à mon dentiste pourquoi la fraise faisait autant de bruit », nous dévoile Marion Montaigne. Une réponse peut être prochainement en BD ?

« Quand je vois des scientifiques dans leurs labos, j’ai parfois l’impression d’être face à des enfants de 5 ans. Si je mets mon doigt là, qu’est-ce qu’il se passe ? » nous raconte Florence Porcel. Mais est ce que ces scientifiques sont faciles à comprendre au fond ?

« Les scientifiques doivent se mettre à 10 niveaux en dessous du leur pour rendre certaines recherches à ma portée, et moi, je dois gagner 30 niveaux … ! » plaisante Florence Porcel. « On engrange un maximum d’informations à mettre en forme, à trier. On doit faire des choix pour rester proche des publics. On ne peut pas tout expliquer. C’est frustant pour le scientifique qui veut parfois tout dire », complète Marion Montaigne.

Parfois, il faut redéfinir les frontières. Les scientifiques se ne sont pas elles. Elles, ce sont des passeurs de sciences et cela demande énormément d’effort pour placer le curseur au bon niveau (pour le public et pour les scientifiques).

L’utilisation d’anthropomorphismes et de l’humour à haute dose permet de mettre en forme des données scientifiques complexes et ainsi d’atteindre plus de personnes. « Je ne pensais pas qu’une cellule pouvait porter une jupe ! »  s’interroge un biologiste sur les planches de Marion Montaigne. Et oui, parfois cela peut bousculer les représentations des scientifiques !

Les projets à suivre …

« Le professeur Moustache me sortait un peu par les yeux » avoue Marion Montaigne. (Après tout cela fait plus de 9 années qu’elle le fait intervenir sur tous les sujets possibles ! ) Depuis 2012, je voulais faire quelque chose sur l’espace. Ma rencontre avec Thomas Pesquet a donné naissance à un projet autour du métier d’astronaute. C’est en cours, j’attends qu’il revienne ! ».

Florence Porcel, toujours la tête dans les étoiles, finalise un prochain ouvrage sur le système solaire pour les éditions Dunod. Et sa prochaine vidéo sortira le 8 juin prochain avec comme thème la relation entre le changement climatique et les océans, une vidéo financée par son partenariat avec BNP Paribas. « je ne gagne pas ma vie avec mes vidéos sur Youtube. Ces types de partenariats sont aussi l’occasion d’élargir mes compétences. »

 

Plus d’information :

Publicités