Si Tu Savais, il n’y a pas que les tanks ou les sous-marins pour gagner une guerre, il y a les maths aussi !

L’histoire d’Alan Turing, mathématicien britannique, l’un des fondateurs de l’informatique, sort de l’ombre dans un support peu banal pour évoquer les sciences : la bande dessinée.
Exprimer le génie en bulles, c’est faisable ?  
Le cas Alan Turing – Eric Liberge / Arnaud Delalande
Voici donc ce jeune mathématicien recruté par les services secrets britanniques peu de temps avant la seconde guerre mondiale, lorsque la menace nazie devient inévitable. Ce jeune homme est brillant, quelque peu asocial et seuls ses travaux de recherches l’intéressent : la cryptologie (l’art ou la science du secret, de cacher le message) mais aussi la réalisation mécanique de l’un de ses concepts mathématique, sa « machine », qui devrait être capable de calculer plus vite que l’humain sans erreurs possibles. Voilà l’aventure qui nous est contée : l’histoire d’une guerre entre machines et l’histoire d’un homme. Le temps est compté pour Turing et son équipe, la guerre faisant rage et les pertes humaines et matériels devenant insupportables. Devant l’urgence militaire, la science doit faire vite. En sera t-elle capable ?
Enigma
Même si les explications « techniques » et savantes ne semblent pas plus accessibles sur planches que par écrits, la tension permanente des recherches, le doute qui peut atteindre l’équipe d’experts en cryptologie, les pressions exercées par le pouvoir,  prennent le dessus dans ce récit particulièrement bien romancé. On comprend que ce travail de résolution des messages codés allemands ne s’est pas fait par un homme seul. C’est toute une équipe qui participe à ce grand projet. Un ensemble de chercheurs, d’experts construisant une machine pour battre une autre machine. Le lecteur est alors embarqué dans cette course contre la montre jusqu’à la résolution de l’énigme qui donnera alors naissance à un autre doute : comment garder le secret pour continuer à percer le secret ?et à une autre source de questionnement scientifique : qui décide de l’application de la science ?
Le tourment d’Alan Turing est parfaitement représenté à travers les dessins parfois cauchemardesques. Son homosexualité, sa personnalité brillante et anti-conformiste, son humour pince sans rire traduisent un héros parfois incompris et solitaire, parfois en avance sur son temps et en décalage avec les réalités de son époque où l’obscurantisme à encore largement sa place.
Cette lecture permet également de repositionner la réflexion sur la place des chercheurs, des scientifiques au sein des pouvoirs militaires. Et également de s’interroger sur l’objet de de recherche qui supplante l’application qu’il sera possible d’en faire. On ne peut s’empêcher de penser aux scientifiques nazis ou même encore au Manhattan project.
La référence à Steve jobs et à Apple en fin d’ouvrage replace Alan Turing dans la lumière de notre société contemporaine, bourrée d’électronique et de cryptologie et donc aussi parallèlement de mathématiques.
Autres sources :
Vidéos : Alan Turing, un génie dans la guerre (Arte) et Portrait Alan Turing (Cité des Sciences)
Publicités